Le flux RSS du Web@zar
Sponsorisez ma Yamaha XT500 pour le Dark Dog Moto Tour 2012
GPS Tripy II > Mon avis > GPS Tripy II !!! Compte-rendu de mes essais

Le Tripy II vous intéresse ?
Vous pouvez l'acheter ici à tarif préférentiel
en donnant, lors de votre commande, le code promo : Web@zar

Cliquez ici

Si l'offre d'achat groupé (5 Tripy II pour le prix de 4) vous intéresse, contactez-moi en cliquant ici

Depuis maintenant 3 ans, je teste pour Tomtom différents GPS, dont des GPS moto dans la série des Rider. Aussi, quand j'ai vu dans Moto Revue un appel pour rechercher 100 motards pour tester le modèle Tripy II de la société Tripy, j'ai bien évidemment soumis ma candidature immédiatement.

Voici l'engin à tester : http://www.tripy.fr/FR/route

J'ai été retenu et ai donc reçu un Tripy II au mois de juillet pour 2 mois de tests. En voici le compte-rendu.

Le Tripy II est donc un GPS d'un genre un peu particulier puisque, même s'il est muni d'une cartographie complète, son usage principal se fait sans affichage de la carte, puisque les indications données à l'écran sont d'abord et avant tout la configuration du prochain carrefour.

En fait, il s'agit plus d'un dérouleur de roadbook piloté par un GPS que d'un GPS à la Tomtom, pour aller de A à B. D'ailleurs, il est régulièrement utilisé en Rallye Routier, sur le Dark Dog Moto Tour par ex.

La présentation est plutôt austère, le boitier un peu mastoc, assez encombrant. La fixation se fait via une boule Ram Mount avec des éléments fournis dans la boite avec le GPS lui-même.

L'alimentation peut être externe via le 12 volt de la moto, mais l'autonomie étendue de 15 heures (vérifiée par mes soins) permet de rouler sereinement sans avoir besoin de brancher l'engin sur la moto.

L'écran est assez grand, il n'est pas tactile et est monochrome. Il s'agit d'un écran LED qui s'avère être très lisible, même quand le soleil tombe directement dessus. Sur ce point, je n'ai jamais eu de GPS aussi lisible. La nuit, l'écran est rétro-éclairé avec plusieurs niveaux d'éclairage. On peut, par ex., programmer l'éclairage pour que l'écran s'éteigne quand il n'y a aucune info nouvelle à afficher et qu'il se rallume tout seul si nécessaire. C'est très pratique et ça permet d'avoir une autonomie encore rallongée.

La commande du Tripy se fait par 6 boutons : un bouton de navigation dans les menus, un bouton pour valider et 4 flèches pour aller de droite à gauche et de haut en bas. Au début, c'est un peu déroutant, à l'usage, ça se révèle très pratique et, surtout, c'est réellement utilisable même avec des gants épais.

Pour ce qui est du roulage, quand on a programmé le Tripy pour suivre un roadbook ou aller à une destination, l'affichage consiste donc en une suite de schémas de type "boule-flèche" pour chaque carrefour assorti d'une distance restante jusqu'au carrefour, la boule indiquant d'où on arrive dans le carrefour et la flèche par où on sort du carrefour. On dispose en plus d'un mouchard qui indique la direction générale. Il sert dans les carrefours non indiqués par le Tripy II (il y en a de temps en temps, selon la manière dont on a composé son roadbook) et permet de voir s'il faut ou non changer de direction, quand on a un doute sur la direction générale.

De toutes façons, si, par erreur ou mégarde, on quitte le roadbook prévu, l'affichage change alors et présente le trajet prévu sous forme d'un trait et la position actuelle sous forme d'une croix, on peut alors naviguer à l'estime pour rejoindre la trajectoire (ie. ramener la croix sur le trait) et, c'est là le plus du Tripy par rapport à d'autres GPS, il se recale alors tout seul sur le roadbook quand on le rejoint, et ce, à partir du point où on le rejoint. Ce fonctionnement permet réellement de suivre un roadbook, en se permettant même des variantes, sans avoir à reprogrammer le GPS. C'est d'une grande souplesse pour le suivi du roadbook et permet réellement de suivre des roadbooks complexes même s'ils contiennent, par ex., une erreur de cartographie (du genre, un sens interdit non prévu en ville ou une route inexistante en campagne ou un chemin de terre qu'on ne veut pas prendre).

Au départ, c'est un peu déroutant de ne pas avoir de carte qui défile sous les yeux, mais on réalise vite que c'est aussi efficace qu'avec la carte, sinon plus, le symbole du carrefour étant très gros et très lisible. La nuit, en mode éteint/allumé, ça devient vraiment bien car il n'y pas de gêne visuelle et on a l'oeil attiré sur le Tripy seulement quand c'est nécessaire.

A côté de ces infos de navigation, le Tripy calcule la moyenne, l'heure estimée d'arrivée et fournit plein d'autres informations : altitude, vitesse instantanée, vitesse max., cap, heure, etc...

Il enregistre en permanence tous les trajets suivis, en gardant les 60 derniers en mémoire, mais il dispose aussi d'un mode "reconnaissance" où l'on peut ensuite transformer en roadbook le trajet suivi, pour un usage ultérieur et en le retouchant éventuellement sur PC.

Il est livré avec une bibliothèque de roadbooks déjà bien fournie et on peut en télécharger d'autres. Un site communautaire permet même d'échanger des roadbooks avec d'autres proprios de Tripy.

Pour programmer les roadbooks, on utilise soit un outil en ligne disponible sur le site de Tripy pour les roadbooks les plus simples, soit le logiciel RoadTracer Pro fourni avec le Tripy. Ce logiciel permet de tracer le roadbook sur une carte avec différents niveaux de zoom, puis d'y ajouter ses propres indications, au milieu des indications boule-flèche générées automatiquement. On peut par ex. indiquer les emplacements pour faire le plein et Tripy indiquera alors sur le tableau de bord la distance restante avant le prochain plein.

Avec le Tripy, j'ai fait plusieurs trajets de plusieurs centaines de kms où j'avais placé entre 50 et 180 waypoints. J'ai toujours pu suivre ces trajets sans avoir à re-programmer quoi que ce soit, ce qui ne m'est jamais arrivé avec un Tomtom, même en contrôlant moultes fois le fichier ITN avant chargement dans le Tomtom.

Sincèrement, si je devais m'acheter un GPS pour la moto, je m'achèterai un Tripy II même si c'est un peu plus cher qu'un GPS classique : 648 Euros sur la boutique Tripy en ligne.

Valid HTML 4.01 Transitional
Carénage : DesmodroMike & Moteur : VinceLP | Page vue 1 fois ce jour, 98 fois ce mois, 3179 fois cette année