Le flux RSS du Web@zar
Sponsorisez ma Yamaha XT500 pour le Dark Dog Moto Tour 2012
Essais motos > Moto Guzzi V11 Balabio

Petit coup de téléphone au conce Guzzi rennais (Moto Passion 35) en fin d'aprem, l'idée me prenant d'aller essayer une V11 :
Moi- "Bonjour, est-ce que vous avez une V11 Le Mans disponible en essai ?"
Lui- "Non, juste une V11 Balabio, même moteur et partie-cycle, mais sans le carénage et les demi-guidons, remplacés par un guidon classique"
Moi- "OK, je passe"

Quelques instants plus tard, je débarque avec miss ST2 dans la cour du magasin et me voilà 5 minutes après en train de m'équiper auprès d'une V11 Balabio flambant neuve, qui chauffe gentiment sur sa béquille latérale.

La Balabio est effectivement la copie de la V11 Le Mans, mais sans le carénage, remplacé par un petit saute-vent qui protège les compteurs. La protection doit être minimum. Les demi-guidons situés au-dessus des tés de la V11 Le Mans ont disparu, remplacé par un guidon classique, d'un diamètre impressionnant et d'une bonne largeur. Pour l'esthétique, il suffit de dire qu'une Guzzi, c'est avant tout un moteur très visible, au milieu de quelques pièces de fonderie superbes, comme la partie du cadre qui enserre le moteur à l'arrière, un réservoir très long et plus fin à l'avant qu'à l'arrière. Perso, j'aime bien ce genre de moto, maibon les goûts et les couleurs...

La moto d'essai est équipée de pots Mistral, autant dire qu'elle a un joli son bien grave, mais très supportable au ralenti.

Je m'installe dessus. La selle est ferme, voire très ferme. Elle a, par contre, une forme qui s'adapte bien à mon postérieur. Le guidon tombe bien sous les mains, occasionnant une position très droite et imposant de s'assoir à l'avant de la selle, bien calé contre le réservoir. Les jambes sont bien repliées, ce qui donne un mélange de position assez particulier, mais pas désagréable. Mes genoux passent juste au-dessus des culasses, quand j'ai la pointe des pieds posée sur les repose-pieds. Quand je pose le milieu du pied sur le repose-pied, mon genou cogne sur la culasse, moyen, moyen... surtout quand elle sera bien chaude ;-)

J'enclenche la première, aucun bruit particulier, aucun choc, la boite est silencieuse et le verrouillage des vitesses très franc. La poignée d'embrayage est d'une souplesse étonnante, mais habitué à l'embrayage Ducati, je ne suis plus objectif sur ce point-là ;-)

Je quitte la cour de la concession tout doucement et, première surprise, ce gros twin sait rouler sur un filet de gaz, sans hoqueter comme celui de la ST2. Bien, bien...

Un petit peu de ville (ou équivalent) pour rejoindre les premières routes de campagne, cette bécane est largement assez souple pour supporter ce genre d'exercice sans problème. Le guidon large et haut facilite les manoeuvres, le réservoir très étroit à l'avant offrant un large débattement aux tubes de fourches, donc un excellent rayon de braquage à la moto.

Premiers bouts de route de campagne, je pousse un peu les régimes : aux alentours de 3000 tr/mn, la moto hoquète. Le conce m'avait prévenu, le réglage usine du potentiomètre d'injection est sur la position "très pauvre" (pour des raisons d'homologation) et le régime de 3000 tr/mn correspond au moment où l'injection devient pilotée par la centrale électronique plutôt que par ce fameux potard, ce qui occasionne donc ces hoquets. Moyennant un petit réglage, qu'il n'a pas eu le temps de faire sur cette moto, les hoquets disparaissent. Passé ces fatidiques 3000 tr/mn, le moteur prend ses tours très vaillamment et on a nettement la sensation d'un guidon qui part tout seul vers l'avant, et ce, jusqu'à 6000 tr/mn quel que soit le rapport. La zone jaune (??) commence à 7000 tr/mn, la zone rouge à 8000 tr/mn. Je n'ai pas dépassé 6000 tr/mn et de toutes façons, il est clair que le régime intéressant pour ce moteur est situé autour de 5000 tr/mn. Le moteur est gorgé de couple, c'est clair, il est aussi très puissant et on atteint vite des vitesses que la morale réprouve... Les dépassements se font sur un simple coup de gaz, quel que soit le rapport, pourvu qu'on soit au-dessus de 3000 tr/mn.

Question tenue de route, la Balabio fait dans le stable tant que le revêtement est correct. Elle bouge beaucoup, par contre, sur une route bosselée. La direction est équipée d'un amortisseur, qui ne semble pas inutile, tant on sent la roue AV bouger dès que le revêtement est moins bon. Les suspensions, aux réglages usine, sont fermes, voire très fermes. Les petits chocs ne sont pas spécialement bien amortis, l'amortisseur AR étant un Sachs, cela ne m'étonne guère. La fourche inversée Marzocchi fait correctement son boulot, tout en restant très ferme.

La protection est évidemment minimum, le petit saute-vent protégeant la tête seulement jusque vers 110 / 120 km/h, ensuite on sent bien les turbulences sur le casque et la pression sur les épaules.

Le freinage est vraiment efficace à l'arrière, ça me change de miss ST2. A l'avant, il est carrément très bon : progressif et très efficace sans avoir à forcer sur la poignée, qui est réglable. Comme les étriers de freins semblent être les mêmes que sur la ST2, je mets la différence sur le compte des durites aviation, qui doivent mieux transmettre la pression.

En matière d'équipement, c'est à la fois grand luxe et spartiate, je m'explique : grand luxe parce que les équipements sont d'excellente qualité et d'une très belle finition, spartiate parce qu'il y a le strict minimum : si vous cherchez une moto avec montre et cendrier, passez votre chemin... Au tableau de bord, on trouve compteur et compte-tours analogiques, divers voyants (clignos, phares, batterie, huile, point mort) et c'est fini. Tout est lisible et fonctionnel, voilà tout. La selle est livrée avec un dosseret pour protéger la partie passager. Les repose-pieds sont métalliques, ils transmettent bien les vibrations du twin.

Après avoir rendu les clés au conce, j'ai pu poser mon postérieur sur la V11 Le Mans en expo dans le magasin. La position diffère évidemment de celle sur la Balabio, avec le buste beaucoup penché en avant et un appui sur les poignets conséquents. Personnellement, cette position m'irait mieux. Reste à essayer vraiment la V11 Le Mans, pour voir ce que cela change en roulant.

A suivre...

Valid HTML 4.01 Transitional
Carénage : DesmodroMike & Moteur : VinceLP | Page vue 2 fois ce jour, 45 fois ce mois, 471 fois cette année