Le flux RSS du Web@zar
Sponsorisez ma Yamaha XT500 pour le Dark Dog Moto Tour 2012
Essais motos > Ducati GT 1000

(c) Ducati

Hier soir, belle soirée comme on en aligne plein depuis quelques jours sur Rennes, me voilà dans la cour du conce Ducati à zieuter la GT1000. Coincidence étrange, elle est à l'essai, et seconde coincidence étrange, elle est disponible jusqu'à demain matin. Tiens donc...

Me v'là donc à échanger les clés de miss ST2 qui va passer la nuit là et à partir au guidon d'une belle GT1000 rouge, tout juste rodée.

Question esthétique, j'aime bien, c'est dépouillé, sans fioriture, ni cendrier, ni allume-cigare, du brut, rien de trop. Le réservoir avec son lettrage Ducati à l'ancienne et ses creux pour les genoux est une belle pièce, de même que le té de fourche poli ou l'ensemble feux arrière + clignos aux formes rondes. Le moteur est bien visible, le radiateur d'huile planqué discrétement au-dessus du cylindre AV. L'effet Classic, copie d'ancienne, est, àmha, réussi (je vais fâcher plus d'un ductaiste ancienne mode, mais j'assume ;-)).

Par contre, le bloc compteur emprunté aux Mostro ou les repose-pieds à 2 balles en plastique moulé font un peu tâche.

Je démarre... dommage, ils ont oublié de mettre le bruit qui va avec. L'embrayage à bain d'huile (ben oui, c'est une GT pour faire d'la borne) supprime le bruit adoré de certains duc'addicts et les pots et la boite à air étouffent vraiment le bruit du moteur, on dirait presque une BienMolle... P'tet qu'avec une paire de Termignoni et une boite à air un poil ouverte, ça causerait plus, mais là, c'est décevant.

Bon, je décolle et là, surprise, quel moulbif !!! Le 1000DS, dans une bécane légère comme ça, il pousse plus que bien. Je me retrouve rapidement à des vitesses que la morale réprouve et sans tirer spécialement sur les régimes moteur.

En fait, ce moulin a la pêche du Desmotre mais sans sa linéarité. Il vibre plus aussi ce qui le rend vraiment agréable. En fait, on a l'impression d'avoir celui de la ST2, mais en version survitaminée. Bien sûr, ça reste du grosbi, ça ne prend pas des tours à n'en plus finir, mais ça pousse bien dès les bas régimes.

Par contre, l'embrayoir à ouile manque de progressivité, résultat, sur les premiers kilomètres, je passe mon temps à caler. En plus, le moteur n'a plus le petit accélérateur à main gauche qui permet de hausser le régime quand il est froid et il a tendance à caler tout seul au ralenti.

Plus tard, à chaud, je constate qu'il a tendance, aux alentours des 4000 tr/mn, à ne pas tenir un régime constant. Peut-être est-ce moi qui ne suis pas habitué à rouler sur une bécane où on en prend plein la quiche, sans carénage et qui m'agrippe à la poignée, peut-être est-ce l'injection qui déconne un peu comme elle sait bien le faire sur les ST3 récentes ? En tout cas, c'est un poil déconcertant.

Direction la maison par le terrain d'essai habituel.

D'abord de la petite route qui secoue et là, elle secoue vraiment. Les suspattes sont réglées dures, en tout cas, la bécane retransmet tout et elle est plus que vive, limite instable. J'ai dessus la même position que sur une Mostro, assis très près du guidon, le buste en avant, mais la sensation de stabilité qu'on peut avoir avec la Mostro n'est pas présente quand le revêtement n'est pas bon. La direction bouge beaucoup et est même un poil floue de temps en temps. Cela dit, en zieutant le compteur, avec le 1000DS qui pousse bien, j'étais peut-être un poil plus vite que d'habitude dans cette petite route et cette sensation de flou venait peut-être du fait qu'avec la pression de l'air je m'accrochais plus au guidon.

Sur des portions de route plus lisses, là, je retrouve bien le comportement d'une Ductai, on prend de l'angle, et la bécane reste bien stable sur la trajectoire. Par contre, avec le grand guidon et la position plus droite, changer de direction est très facile et la bécane réagit directement sans temps mort, comme je peux en ressentir avec la ST2 qui est plus lourde au niveau direction.

Arrivée à la maison, je la mets au garage pour la nuit.

Ce matin, départ vers la concession pour rendre la miss et reprendre miss ST2-MHR. J'ai du temps, je pars donc par le chemin des écoliers. Quelques tests de freinage, pour voir, et le constat est qu'elle freine bien, même si elle n'est équipée que d'étriers Brembo coulissants à l'AV (durites avia tout de même). Ducati a même réussi à faire un frein AR qui freine, étonnant... On peut freiner en virage, elle ne se rélève pas, c'est toujours appréciable.

Par contre, après un passage sur un revêtement pourri, je doute qu'on puisse vraiment avoir une utilisation GT de l'engin. La selle est certes confortable, mais elle ne permet qu'une position, contre le réservoir, car elle est très évasée à l'AR et, comme sur la Multiprout, la position reculée est difficile à tenir à cause de ça.

Pour les grands comme moi, les creux dans le réservoir sont presque trop petits et les arêtes sont un poil pénible, du coup. Surtout, sur des longs trajets, les suspattes doivent vraiment être trop dures pour les petits chocs, elles retransmettent le moindre caillou, ça doit vite devenir pénible. A moins de ne rouler que sur du billard, maibon...

Après une petite demi-heure de roulage, je la rends et récupère miss ST2. Si j'avais des sous à dépenser dans une bécane, elle remplacerait tout de même bien le Dominator pour les trajets quotidiens, c'est clair... ou alors l'idée saugrenue de tenter une greffe de 1000DS dans une ST2... Quel moulin !!! J'ai de la peine à comprendre que Ductai se soit emmerdé à faire le Desmotre alors qu'il avait ce moteur disponible...

M'enfin, bon, on va revenir à la raison...

Valid HTML 4.01 Transitional
Carénage : DesmodroMike & Moteur : VinceLP | Page vue 2 fois ce jour, 46 fois ce mois, 230 fois cette année