Le flux RSS du Web@zar
Sponsorisez ma Yamaha XT500 pour le Dark Dog Moto Tour 2012
Essais motos > Ducati Desmosedici RR

Le TouRR de France de Pierre Col

Samedi 4 octobre 2008, 7:45 pétantes, je sors miss ST2 du garage et prends la route d'Alençon, où je dois retrouver PieRRe, qui a décidé d'avoir la Desmosedici RR la plus kilométrée du monde, en faisant un TouRR de France de ses potes motards, majoritairement ducatistes.

A 10:00, je le vois débarquer avec 2 potes en Mostro et Guzzi et on fait connaissance devant un café. Arrive Marc, un papymobiliste en ST4s, venu du Mans lui aussi, juste pour voir une Desmo16 en vrai. Après avoir détaillé la bête, fait quelques photos, nous nous séparons, Pierre et ma pomme partant vers l'Ouest, les autres vers l'Est.

Nous sortons d'Alençon par le sud-ouest et rapidement les routes se mettent à viroler car nous sommes entrés dans les Alpes Mancelles. Le rythme est rapide, mais sans plus, car j'ai bien l'impression que les routes à secousses ne sont pas la tasse de thé de la Desmo 16.

Une fois les Alpes Mancelles passées, dans Javron, Pierre me fait signe, alors que je suis en train de remettre la carte dans le Bagster : "tu veux prendre la Desmo 16 ?" Il n'a pas fini sa phrase que j'ai déjà béquillé miss ST2... Une telle proposition ne se refuse pas !

Je monte donc sur la Desmo16, Pierre me glissant au passage : "Tu vas voir, c'est une Ducati comme une autre, elle a juste 4 cylindres"... "Ah bon ??" dis-je, un poil inquiet...

Contact, l'écran de jeu vidéo s'initialise et tant que "Ducati Desmo 16" n'a pas commencé à défiler en bas, pas la peine d'appuyer sur le démarreur, il ne se passe rien. Ensuite, c'est une autre histoire. Le moteur démarre dans un bruit très étonnant : au ralenti, on entend distinctement la cascade de pignons de la distribution et tout aussi distinctement l'embrayage, mais pas avec le bruit habituel de concasseur des autres Ductai.

Je file quelques coup de gaz et le compte-tour à LED décolle enfin, la première graduation utile représentant 4000 tr/mn...

Question position de conduite, on est certes penché bien en avant, mais on n'a pas autant l'impression de tenir la roue AV par l'axe que sur une 998 ou une 900SSie. La selle est plus que dure, mais en roulant, on ne s'en rend pas compte car ce sont les jambes bien repliées qui portent le poids du corps.

Allez, on décolle. Il faut faire pas mal patiner l'embrayage, car la première semble assez longue et le moteur a besoin d'être dans les tours. Nous partons par une route au bîtume en excellent état, avec des belles courbes variées, ça va être excellent pour tester l'engin...

Les premiers kilomètres sont étonnants, j'ai l'impression que la direction fait des lacets, en fait je ne tenais pas assez la moto avec les genoux, habitué que je suis à une ST2 qui se conduit aisément en jouant uniquement avec le guidon et les repose-pieds. Je change de position sur la Desmo16 et ca y est, plus de lacets, elle file droit.

En dessous de 7000 tr/mn, le moteur repart à n'importe quel régime en poussant déjà de manière très costaude, largement plus que ma ST2, au-dessus de 7000 tr/mn, on passe dans une autre dimension, la route devient toute étroite, le paysage défile vite et le bruit est énorme. Les premiers freinages me permettent d'aller re-dire bonjour au réservoir et de voir le paysage partir dans l'autre sens, je me retrouve à l'arrêt avant même l'entrée du virage, impressionnant...

Le plus étonnant est que cette moto semble vraiment suivre le regard et qu'elle est facile à placer en virage. J'avais le souvenir d'avoir dû me bagarrer avec une 1000SSie ou de n'avoir pas trouvé le mode d'emploi de la 998, là c'est tout naturel. Bien évidemment, en restant aux alentours de 8000 tr/mn, je n'étais pas non plus en train de la cravacher, m'enfin, il y avait en permanence 3 chiffres sur le compteur de vitesse et je ne vous dirai pas lesquels.

Bien sûr, vu le prix de l'engin et la présence du proprio quelques longueurs derrière moi, je n'ai pas poussé au-delà de 11000 tr/mn, mais de toutes façons, ça allait déjà bien trop vite pour moi. La poussée lors des accélérations est très impressionnante, au moins autant que lors de l'essai de la ZX12R, avec en plus, la sensation d'une moto plus facile à emmener.

Après presqu'une centaine de kilomètres, je la rends à Pierre, avec une banane commak' dans le casque. J'ai roulé sur la copie d'une moto de Grand Prix, mazette !!! Je ne suis pas près d'oublier ça !!!

Merci, Pierre, pour cet essai !!!

Valid HTML 4.01 Transitional
Carénage : DesmodroMike & Moteur : VinceLP | Page vue 2 fois ce jour, 38 fois ce mois, 275 fois cette année