Le flux RSS du Web@zar
Sponsorisez ma Yamaha XT500 pour le Dark Dog Moto Tour 2012
Ducati ST2 > Ducati ST2

Consultez le site Web de la mailing-list Ducati_ST
Vous souhaitez avoir encore plus d'infos sur la Ducati ST2 et les autres ST ? ou bien rencontrer d'autres proprios pour rouler avec eux, partager des trucs & astuces, voire participer à des commandes groupées ?
Inscrivez-vous à la mailing-list ducati_st sur YahooGroupes!
Inscription par le Web : cliquez ici
Son au ralenti (130 Ko)
Video 1 (3 Mo) Video 2 (3 Mo)
Manuel utilisateur Catalogue de pièces
Comparatifs avec la VFR, la ST4 et la ST4s Modifications effectuées sur ma ST2
Montage d'un Scottoiler  

J'ai cette moto depuis le mois de mars 2001, et je viens de remplacer la première en août 2002, après 34000 km de bons et loyaux services (comme quoi on peut rouler avec une Ducati ;-)). Comme j'ai bien aimé la première, je l'ai remplacé par la même, du millésime 2002, et de couleur rouge, une vraie Ducati, quoi... Ma seconde ST2 a maintenant plus de 100000 km, parcourus en un peu plus de 7 ans. Voici mes commentaires sur ces 2 motos.

En ville

Ce n'est évidemment pas son terrain de jeu préféré. La position en appui sur les bras, mais surtout le moteur qui ferraille sec en-dessous de 3000 tr/mn n'incitent pas aux grands trajets en ville. L'embrayage, bien qu'hydraulique, est dur et est assez pénible en ville. Cela dit, on arrive, avec l'habitude, à enrouler sur un même rapport et à ne plus jouer avec l'embrayage.

Pour la bonne santé de ce dernier, il convient de le dépoussiérer tous les 5000 kms, sinon il se met à grincer lorsqu'on le sollicite sur un démarrage rapide. Il faut aussi prendre l'habitude de ne pas rester embrayé lors des arrêts pour ne pas user prématurément la butée d'embrayage. J'ai dû le changer à 30000 km, parce que les disques et la cloche étaient arrivés hors-cote. Il fonctionnait encore, mais commencer à grincer lors des démarrages un peu "violents".

Sur ma nouvelle ST2, j'ai installé un kit spécial pour l'embrayage (voir la page "modifications" pour plus d'infos), fabriqué en Belgique par Motomania. Ce kit rend l'embrayage totalement silencieux, le moteur devient plus souple et repart 1000 tr/mn plus bas. La longévité de l'embrayage est améliorée, puisqu'après 30000 km, l'embrayage d'origine est intact, alors qu'il serait déjà bien usé s'il n'était pas kité. Il n'y a même plus besoin de le dépoussierrer, car l'usure est réduite à presque rien. Ce kit coûte presque autant qu'un jeu de disques d'embrayage (env. 150 Euros), mais cela vaut vraiment le coup !

La transmission secondaire d'origine des ST2 (démultiplication 15*42) est particulièrement longue, pour des raisons de bruit à l'homologation. Cela explique en très grande partie l'absence de souplesse à bas régime.

Sur ma première ST2, j'avais installé un pignon de sortie de boite de 14 dents, au lieu de 15, pour gagner en souplesse. Il devient alors possible de repartir sans utiliser l'embrayage à partir de 2500 tr/mn. Sur ma seconde ST2, j'avais fait de même, puis j'étais revenu en arrière, après des déboires avec un pignon de 14 dents trop épais pour la chaine d'origine, ce qui occasionnait des claquements dans la transmission. Je viens de changer le kit-chaine (à 30000 km) pour monter un kit France Equipement de démultiplication 15*44 à la place de l'origine en 15*42. La moto est aussi agréable qu'à conduire en 14*42 et, en plus, je ne risque pas d'avoir un pignon mal adapté. Il semble aussi que le pignon de 14 s'use vite, avec les dents en forme de crochets et que le frottement de la chaine sur le patin de chaine est plus important et use donc plus le patin qui protège le bras oscillant.

Sur route

Là, elle s'exprime pleinement. Si le revêtement est bon, elle est vraiment facile à conduire et très stable sur sa trajectoire. Quand le revêtement devient moins bon, elle secoue un peu plus son équipage, mais elle reste stable et sûre. On l'inscrit très facilement en virage et elle conserve sa trajectoire quels que soient les aléas du revêtement. On se fait secouer plus que sur d'autres motos (merci la rigidité du cadre), mais cela reste confortable, y compris lors de longs trajets. Les suspensions réglables dans tous les sens permettent d'adapter la moto à votre poids et/ou à son chargement.

Je pèse 80 kg et j'ai dû durcir un peu les suspensions par rapport aux réglages d'origine : 2 tours en plus sur la pré-contrainte des ressorts et 3 clics de plus en freinage d'hydraulique à la compression. Lorsque je pars en voyage avec les valises bien pleines, je durcis l'amortisseur AR d'un cran en pré-contrainte. La moto reste ainsi très saine et ne louvoie absolument pas même chargée.

Le moteur est gorgé de couple dès les bas régimes et la plage d'utilisation est très large, puisqu'elle va de 2500 à 8000 tr/mn. Malgré cela, ce n'est pas la peine de lui tirer dessus en permanence. En effet, entre 3000 et 6000 tr/mn, on arrive à enrouler sans toucher à la boite de vitesses, tout en disposant de suffisamment de puissance pour s'extraire rapidement des virages. L'entrée en virage se fait sur le frein-moteur très conséquent, le tout dans un superbe bruit de twin, bien grave...

Le freinage

Le freinage est efficace à l'avant, avec une sensation correcte dans la poignée. Il est, par contre, inexistant ou presque à l'arrière... Il peut tout juste servir à ralentir la moto et à la stabiliser lors d'une entrée en virage trop rapide. Une fois déshabitué du Dual-CBS de la VFR, on apprécie le freinage à sa juste valeur : il est vraiment efficace, y compris en virage où la moto ne se relève pas si l'on est amené à freiner.

Le frein AR, bien que peu puissant, est justement très pratique en entrée de virage, quand on arrive un peu trop vite. On peut alors l'utiliser sans modération pour ralentir l'allure sans perturber l'assiette de la moto.

Moyennant le montage de plaquettes Brembo F40 à l'AR, on arrive à récupérer un freinage très correct, surtout si on prend soin de bien roder les plaquettes en faisant d'abord des freinages progressifs pour éviter de les glacer.

Sur autoroute

La machine est stable sur sa trajectoire et la vitesse limite bien au-delà de ce que permet la maréchaussée...

Au niveau protection (je mesure 1,85m) c'est tout à fait correct. La pression sur les épaules est très supportable, même sur un long trajet. Une bulle haute permettrait de gagner un peu en protection, mais celle-ci est déjà très bonne : un indice ? il m'arrive de rouler sous la pluie sans mettre de pantalon de pluie et d'arriver à destination avec le pantalon à peine humide et les pieds secs. Le haut du corps est plus exposé, mais cela reste supportable, y compris sur des grands trajets.

J'ai eu une bulle haute sur ma première ST2, cela améliore encore la protection du torse, mais augmente le bruit aérodynamique. Du coup, sur ma seconde ST2, je n'en ai pas remonté, la pression restant très supportable, même à vitesse élevée. En plus, question look, la bulle haute, je trouve ça moyen, finalement...

En duo

J'en fais très peu, en fait. Ma passagère n'a pas trouvé de défaut rédhibitoire. La protection lui a semblé bonne et la selle confortable. Si le revêtement est correct et/ou l'allure modérée, la ST2 est confortable. Si le revêtement est moyen et/ou l'allure plus énergique, le passager de la ST2 se fait pas mal secouer, notamment sur les freinages/accélérations et la selle glisse beaucoup.

Avec une selle "confort" présentant 2 étages bien distincts et remontant sur l'AV de la place passager, cela doit être moins pénible. Sinon, la protection du passager est bonne et le comportement de la moto n'est pas modifié en duo, pour peu qu'on ait durci un poil les suspensions, à l'AR notamment.

Sur ma seconde ST2, je viens d'installer une selle Ducati Performance, avec insert en gel et une bosse à l'avant de la place passager. Le confort s'en trouve singulièrement amélioré, pour le conducteur, mais surtout pour le passager qui ne glisse plus vers l'avant au freinage.

Pneumatiques

Ma première ST2 a d'abord été équipée à l'avant d'un Metzeler MeZ3. Le grip du MeZ3 est excellent et la longévité correcte : 10600 kms sans le ménager particulièrement. Ensuite, j'ai mis un Bridgestone BT020 à l'AV. Il rend la direction très légère, alors que le MeZ3 donnait une direction assez lourde. Le grip du BT020 sur le sec est excellent, et reste bien sur le mouillé. La longévité est équivalente.

A l'arrière, il y a eu un Metzeler MeZ4 qui est bien : bon grip, profil rond et j'avais déjà pu voir sur ma TDM que la longévité était correcte. Ce pneu a parcouru 10500 kms avant d'être bon à changer, sans avoir été particulièrement ménagé.

Je suis ensuite passé à une monte entièrement en BT020 et cela me semble être le compromis idéal pour cette moto : bon grip sur le sec et le mouillé, moto qui reste maniable et une longévité tout à fait correcte.

Ma nouvelle ST2 m'a été livrée en Michelin Macadam 90. Le grip est bon sur le sec, et très moyen sur le mouillé. Je savais, par avance, que le pneu AV allait en plus s'user en "tuiles". Je n'ai pas gardé cette monte bien longtemps. Dès le premier hiver venu, je les ai remplacés par un train de BT020, bien plus efficace sur le mouillé.

En ce moment, ma ST2 est équipée en Michelin Pilot Road, qui sont ceux que je conseillerai : grip équivalent aux BT020 sur le sec et le mouillé, mais longévité accrue. Mon pneu AV aura dépassé sous peu les 15000 km, sans que je roule plus précautionneusement qu'avec les BT020. Pour l'AR, je ne peux pas encore donner d'indication sur la longévité. Par contre, les Michelin PR sont un poil plus chers que les BT020, mais le jeu en vaut la chandelle.

Fiabilité

Ah, la fiabilité des Ducati... vaste sujet !!!

En fait, la ST2 a besoin d'un entretien plus soigné qu'une moto japonaise équivalente. En comparaison avec la VFR, si on les laisse sans entretien toutes les deux, la VFR durera plus longtemps. A entretien égal, il n'y a pas plus de problème qu'avec une autre moto. Pour le moment, le seul pépin que j'ai eu (régulateur grillé), je l'avais eu aussi sur la VFR... et, par contre, il a été pris en garantie par Ducati, sans discussion, alors que Honda n'avait rien voulu savoir...

En termes de budget, elle me revient moins cher que la VFR (0,22 €/km au lieu de 0,26 €/km), surtout en termes de consommation d'essence et de pneus (voir ici le budget d'entretien de la VFR).

En conclusion, une Ducati, ça s'entretient et ça roule !

Remarques

Il faut noter que le bruit de cette moto est fort agréable : un beau son bien grave (elle est homologuée à 94 dB ;-)) qui vous rappelle en permanence la présence des 2 grosses gamelles qui composent le 944 cm3... J'ai enlevé les "schnorkels" qui amènent l'air de l'AV du carénage à la boite à air, sous le réservoir. Du coup, on entend plus les bruits d'admission de l'air, notamment lors des rétrogradages... bien sympathique tout ça ;-) même si le gain en efficacité est à prouver...

L'éclairage d'origine est correct, mais sans plus... Cela dit, en ayant avant une VFR, on ne peut que trouver moins bien... Sur ma première ST2, j'avais installé peu des ampoules H1 et H3 Osram Super, donnant 30% de lumière en plus. C'est réellement efficace, avec un faisceau plus dense en codes et plus long en phares. L'investissement (env. 15 Euros pour les 2 ampoules) vaut le coup !

Sur ma seconde ST2, après avoir monté les mêmes ampoules, j'ai carrément pris le taureau par les cornes en matière d'éclairage et j'ai effectué une modification complète du faisceau et de l'éclairage. Ca a été plus compliqué et plus cher, mais maintenant, j'ai une moto qui éclaire vraiment bien et qui, de plus, a un look sympa avec ses 2 optiques rondes et son cache sombre autour.

Le tableau de bord est complet avec un trip journalier, une horloge, la jauge à essence, la température moteur. Le passage en réserve est indiqué par le clignotement du dernier secteur de la jauge et par un voyant orange.

Question consommation : elle ne dépasse jamais 7 litres aux 100 kms, et est plutôt tout le temps située aux alentours de 6 litres aux 100 kms, sans y faire particulièrement attention.

Les valises sont particulièrement pratiques et logeables.

A surveiller : la plaquette de fixation du pignon de sortie de boîte, qui s'use assez vite, libérant le pignon latéralement sur l'axe de sortie de boîte. Si le pignon s'éloigne de la boîte et quitte l'axe, dégâts garantis... Prix de la plaquette : 4 Euros...

Valid HTML 4.01 Transitional
Carénage : DesmodroMike & Moteur : VinceLP | Page vue 1 fois ce jour, 225 fois ce mois, 2587 fois cette année